Afrique : Premier projet de développement des prêts digitaux en Afrique

Publié le 09/04/2018  |  Gotic

Source image : www.thefiscaltime.com

Pour promouvoir l'inclusion financière et encourager les prêts digitaux en Afrique, Proparco vient de s'engager aux côtés de Jumo. D'après un communiqué publié ce jeudi 5 avril, l'institution financière française a pris une participation de 3 millions de dollars dans la Fintech qui permet aux personnes non ou sous-bancarisées d'accéder à des services financiers grâce à leur téléphone portable.

La filiale de l'Agence française de développement (AFD), Proparco, vient encore une fois de confirmer son engagement en Afrique. Selon un communiqué rendu public ce jeudi 5 avril, l'AFD vient en effet de prendre une participation de 3 millions de dollars dans Jumo, une startup qui propose aux personnes non ou sous- bancarisées d'accéder à des services financiers grâce à leur téléphone portable. JUMO développe une plateforme innovante au service de l'inclusion financière.

«Avec cette prise de participation de 3 millions de dollars, Proparco soutiendra la croissance de Jumo et contribuera au développement de l'inclusion financière des populations souvent exclues du système bancaire formel, notamment les micro-entrepreneurs du secteur informel qui représentent deux tiers des clients de Jumo», souligne le management de Proparco dans son communiqué.

Pour l'institution financière, compte tenu du fait que la grande partie des clients actuels de la startup a de faibles revenus (80% des clients tanzaniens vivent avec moins de 4 dollars par jour) et accède au crédit formel pour la première fois (81% des clients tanzaniens et 77% des clients zambiens déclarent n'avoir jamais obtenu de prêt formel auparavant), «les services financiers numériques peuvent donc être une des solutions pour répondre à la pénurie d'offres bancaires traditionnelle, souvent coûteuse et inadaptée aux besoins d'une grande partie la population vivant dans les pays émergents».

Améliorer les conditions de vie des populations

«Ce financement contribuera à améliorer leurs conditions de vie. Les emprunteurs faisant usage de leur prêt pour couvrir des frais urgents et investir dans leur entreprise, ce projet contribuera à leur autonomisation financière», indique le communiqué.

Lire la suite sur www.afrique.latribune.fr